Solutions REUSE Traitement des Boues Réutilisation des eaux traitées

Solutions REUSE Traitement des Boues Réutilisation des eaux traitées

Solutions REUSE Traitement des Boues Réutilisation des eaux traitées

Système de traitement des boues par LPR – Lit(s) Planté(s) de Roseaux

Selon la taille de la station d’épuration et la production de boues qui en découle, les lits de séchage peuvent être réalisés sur site :

  • avec des murs à bancher ou en parpaings ;
  • avec un talutage et une étanchéité par géomembrane.

Ses objectifs sont multiples, un module LPR permet :Solutions REUSE Traitement des Boues

  • D’augmenter la durée de stockage des boues issues des micro-stations ;
  • De déshydrater les boues liquides. Un module LPR permet d’enlever jusqu’à 90% de l’eau contenue dans les boues, participant ainsi à la réduction des déchets à la source ;
  • La longue période de stockage et la lente minéralisation des boues permettent d’obtenir un produit fini de qualité « compost » (valorisation).

Principe :

Le procédé est composé d’un massif filtrant constitué de différentes couches de sable de granulométries différentes qui reposent sur un radier. Des roseaux ou macrophytes type Phragmites Australis sont plantés sur le massif qu’ils colonisent en développant un tissu complexe de racines (rhizomes) assimilable à un réseau de drainage.

Les boues issues du système de traitement par le biais d’une pompe sont épandues en surface du lit selon des cycles alternant périodes de repos et périodes d’alimentation. Le but est d’appliquer un volume important de boues sur une courte période afin de recouvrir l’ensemble du lit. Les rizhomes vont alors favoriser le drainage des percolats à travers le massif, éliminer la matière organique et stabiliser les boues par compostage.Solutions REUSE Traitement des Boues LPRConception

La conception d’un LPR est notamment liée à la production des boues du système de traitement mais également à son exploitation.

Un LPR comprendra au minimum 2 lits de séchage afin de permettre une alternance d’alimentation (temps de repos minium par lit de 2 semaines).

Il est important de respecter les dimensions maximales d’un lit afin de faciliter son exploitation (enlèvement de la boue accumulée) à savoir :

  • Hauteur max de 2 m au-dessus du massif filtrant,
  • Largeur max de 5 m,
  • Longueur max de 20 m.

La densité de roseaux est en général de 4 à 5 pieds/m2.

Système d’irrigation des eaux usées traitées dans le sol : module IRRIPUITS (Avis technique CSTB 17/13-276)

Le principe de fonctionnement du système d’irrigation réside dans le fait que, le système d’irrigation souterrain utilise le sol et le système racinaire des plantes pour évacuer les eaux traitées via une ou plusieurs canalisations perforées.

Principe :

Le système d’irrigation est constitué généralement :

– D’une pompe mise en œuvre en aval des micro-stations ou des systèmes de phytoépurations. Cette pompe est asservie à une mesure de niveau qui permet de refouler par bâchée. Le système de pompage se compose généralement :

  • D’une cuve pour la récupération des eaux traitées ;
  • D’une électropompe immergée centrifuge et multicellulaire en acier INOX AISI 304 ;
  • De sondes de niveau dont le rôle est d’une part de contrôler le volume de bâchée transférée vers le système d’irrigation, et d’autre part de détecter les anomalies (mise en route de l’alarme) ;
  • D’un clapet anti-retour installé au droit de la colonne de refoulement de manière à éviter le retour d’effluent, et donc de limiter le temps de fonctionnement de la pompe ;
  • D’un coffret de commande qui pilote le système de pompage. Celui-ci comprend : un disjoncteur principal, un disjoncteur magnétothermique spécifique à la protection de la pompe, un transformateur, un contacteur et 4 détecteurs de niveau ;

D’une alarme sonore qui est, également reliée à l’installation depuis le coffret de commande. Cette alarme se déclenche lors d’un niveau très haut (protection contre la submersion de la micro-station) et d’un niveau très bas (protection de l’organe de pompage).

Solutions REUSE Réutilsation eaux traitées– D’un système d’irrigation souterrain constitué d’un linéaire de canalisations perforées permettant la distribution, enveloppé de géotextile, et recouvert de terre issue des fouilles. Le linéaire dépend des caractéristiques du sol en place (des études de sol avec mesures de perméabilité sont à prévoir).

Le géotextile a trois fonctions :

  • Eviter l’affouillement du sol,
  • Favoriser la diffusion de l’eau en sortie des orifices,
  • Eviter l’entrée d’éléments extérieurs (racines, …) dans la canalisation.

Le réseau peut être constitué d’une seule ou plusieurs branches en parallèle. Dans ce cas l’entraxe entre deux branches ne sera pas inférieur à 70 cm. La figure ci-dessous présente cette partie du produit.

Solutions REUSE Réutilsation eaux traitées IRRIPUITS– De végétaux dont le rôle est de consommer une partie de l’eau et favoriser l’infiltration des effluents traités dans le sol.

Les plantes sont sélectionnées pour leur capacité à développer leur système racinaire en profondeur et leurs capacités à absorber l’eau. Le choix des plantes doit tenir compte du climat local.

Le procédé est compatible avec la présence de végétaux adaptés et préexistants. Le réseau d’alimentation est disposé de façons diverses, en fonction de la configuration du terrain, de la disposition des végétaux et des capacités d’infiltration du sol en place.

Conception :

Le dimensionnement du linéaire de canalisation nécessite au préalable certaines informations. En effet, il est important d’avoir :

  • L’identification de la ou les parcelles à irriguer et son usage ;
  • Les éléments cartographiques et documents d’urbanisme en vigueur sur et autour du territoire de la zone d’irrigation envisagée. Ils comprennent notamment les zones à protéger (habitation, puits, cours d’eau, captages, …) ;
  • Les caractéristiques hydrogéologiques et hydrologiques sur la base de sondages ;
  • La nature et la destination des cultures envisagées.

La faisabilité de l’ouvrage et le dimensionnement hydraulique du réseau (linéaire, nombre de trous, branches, pertes de charge, etc…) est effectuée sur la base de ces informations.

Pour plus de renseignements et études, n’hésitez pas à nous contacter par téléphone au 03 85 59 82 30, par mail contact@neve.fr ou via notre formulaire de contact http://www.neve.fr/actu/contact/